Le poisson et le chaman

Avril 2018. Je suis un ami en plein cœur de Kabukicho, le quartier chaud de la capitale nippone. Ses pas nous mènent dans un lupanar baroque dont les murs scintillants troublent ma vision. Ce soir, les clientes ne sont pas venues pour profiter de la présence de leurs gigolos, mais pour participer à un bien étrange spectacle. Au bord du dance-floor, un gaillard vient d’attaquer la découpe d’un gigantesque thon pesant plus lourd qu’un homme. Les lames virevoltent, et je sens la foule compacte autour de moi comme entrer en transe. D’un geste précis, le chaman détache la tête de l’animal, et s’en saisit pour la placer devant son visage, comme pour s’en faire un masque. Nous sommes en plein rituel païen. L’espace de quelques instants, l’homme devient la bête, et la foule le vénère pour le sacrifice qu’il est en train d’accomplir. Bientôt, entre initiés, nous nous nourrirons de sa chair.

Vous souhaitez en lire plus ?

Abonnez-vous à www.patrick-siboni.com pour continuer à lire ce post exclusif.

S'abonner
16 vues0 commentaire